Détection et suivi d’un front de saturation à l’aide d’un scanner automatique ultrasonore à ondes de surface

  • Bogdan Piwakowski
  • Charles Ciccarone Univ. Lille, CNRS, Centrale Lille, UMR 9013 - LAMCube, F-59651 Lille
  • Frederic Skoczylas Univ. Lille, CNRS, Centrale Lille, UMR 9013 - LAMCube, F-59651 Lille
  • Radoslaw Drelich Faculty of Mechatronics, Kazimierz Wielki University, Bydgoszcz, Poland
  • Jean-Marie Henaut EDF-R&D-STEP, 6 Quai Watier, BP 49, 78401 Chatou, France
Keywords: Contrôle Non Destructif, saturation, béton, onde de surface, inversion, mesure automatisé

Abstract

L’objectif La recherche présentée dans cet article concerne la détection et le suivi d’un front de saturation par méthode non destructive (CND). L’étude est menée sur deux matériaux : calcaire qui est le matériel plus simple, perméable, poreux et homogène et plus facile à interpréter pour ensuite revenir sur le cas plus complexe du béton de structure, fissuré, hétérogène par constitution. La technique CND adoptée pour cette recherche est basée sur l’utilisation des ondes ultrasonores de surface. Elle était mise en œuvre à l’aide de scanner qui permette ausculter le béton automatiquement et sans contact avec la surface auscultée. Les mesures acoustiques sont orientées vers la détermination de la caractéristique de dispersion d’onde de surface qui était ensuite inversée afin de déterminer la profondeur du front de saturation. Les résultats obtenus sur le calcaire sont très prometteurs et corrèlent bien avec ceux obtenus sur les carottes tranchées ce qui valide la technique adoptée. Au contraire pour le béton, la caractéristique de dispersion est affectée en plus par le granulat, microfissuration de surface, ce qui et masquent l’effet de saturation.

Published
2021-03-16
How to Cite
Piwakowski, B., Ciccarone, C., Skoczylas, F., Drelich, R., & Henaut, J.-M. (2021). Détection et suivi d’un front de saturation à l’aide d’un scanner automatique ultrasonore à ondes de surface. Academic Journal of Civil Engineering, 38(2), 167-170. Retrieved from https://journal.augc.asso.fr/index.php/ajce/article/view/2659